Ce que coûte l’incivisme aux niçois !

L’addition est salée. Jeudi dernier, une journée de débats a eu lieu au Centre Universitaire Méditerranéen (CUM) à Nice au sujet des incivilités. Christian Estrosi, le maire, a dit comment il envisageait de réduire la facture.

Jets de déchets dans les rues, bruits excessifs de deux-roues, dégradations de mobilier urbain, dégradations de transports en commun ou encore tags sur les murs… Des actes qui coûtent très cher à la collectivité et qui pourraient être investis plus utilement. Selon Christian Estrosi, l’ensemble des incivilités coûte à la ville de Nice près de 6 millions d’euros par an.

Christian Estrosi / Illustration 📷 NissActu

Pour y répondre, et pour faire réduire la facture, le maire de Nice a lancé une mission spécifique sur le sujet et il s’est vue remettre une étude conséquente avec plus de 100 propositions. Dix d’entre elles ont été dévoilées.

Renforcer les actions de nettoyage d’initiative citoyenne avec le concours d’associations et d’habitants (genre journée « clean-up ») « Nous allons multiplier les partenariats avec les associations volontaires et les rendre plus fréquentes », indique Christian Estrosi. Depuis le début de l’année, 35 initiatives citoyennes ont été accompagnées par la Métropole.

La poubelle, pas loin, est pourtant vide ! 📷 NissActu

Financer le permis de conduire de jeunes en échange de leur engagement pour la lutte contre les incivilités. Ce n’est pas une nouvelle action, puisqu’elle existe depuis cinq ans environ mais elle concernait exclusivement des actions « d’ambassadeurs du tri ». Désormais, les jeunes bénéficiaires seront mobilisés aussi dans actions plus larges de lutte contre les incivilités.

Mettre en place des actions de communication. Une nouvelle campagne a été imaginée, elle sera affichée de manière permanente. Et de manière temporaire sur certains secteurs en fonction de l’Observatoire de la propreté.

📷 Ville de Nice

Lancer une application « Allo Mairie » qui permet de signaler les incivilités. Selon Christian Estrosi, c’est sans doute « la mesure la plus forte ». Vous pourrez désormais signaler et contacter directement via l’appli toutes sortes d’incivilités ou de désordre.

Lutter contre les stationnements anarchiques, abusifs ou qui mettent en danger. Il y a de quoi faire dans ce domaine. Stationner n’importe où est un peu le sport local à Nice : double-file, stationnement sur trottoir ou sur pistes cyclables,…et véhicules ventouses. Dès cet été, des flyers seront apposés sur les véhicules pour rappeler les règles et les conséquences des incivilités. Là est la manière « préventive ». Les opérations de verbalisations suivront, assure le maire de Nice. Les véhicules en infraction pourront également être géolocalisés pour une plus grande réactivité.

Stationné sur voie / Illustration 📷 NissActu

Punir plus amplement les récidivistes de dépôt sauvage ou de nuisances sonores. Pour les dépôts sauvages, la verbalisation n’est possible qu’en cas de flagrant délit. Christian Estrosi a écrit au gouvernement pour permettre de verbaliser grâce à la vidéosurveillance. Il demande également la création d’un délit pour les dépôts sauvages. Actuellement c’est la contravention (1500 €), demain Christian Estrosi aimerait la garde à vue voire la peine d’emprisonnement.

📷 Nice 2030

Élargir le rappel à l’ordre pour les infractions au cadre de vie. Désormais, seront convoqués ceux qui enfreignent les règles de façon générale (et pas uniquement les atteintes aux arrêtés de police du Maire), notamment les exploitants d’établissements qui ne respectent par la charte adoptée au dernier conseil municipal concernant les nuisances sonores.

Multiplier les opérations coup de poing en verbalisant plus régulièrement les dépôts sauvages et les nuisances sonores. Depuis le début de l’année quasi 800 PV ont été dressés à Nice pour ces dernières incivilités.

Créer une cellule municipale « Task force ». Et ce, afin de mettre à jour les actions de la mairie contre les incivilités et sur leurs évolutions (il y aurait de nouvelles formes d’incivilités …).

Dans le Vieux Nice 📷 Sabine Castellucci

Faire évoluer l’arrêté qui réglemente l’élimination des déchets et les mesures de propreté et de salubrité. Il était temps ! L’arrêté date de … 2001. Christian Estrosi souhaite faire évoluer les pratiques en matière de collecte (on va multiplier par deux la collecte de tri sélectif, étendre les consignes de tri et engager plus d’ambassadeurs du tri, notamment). Le règlement va être revu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *