NISSACTU

L'ACTU VUE DE NICE

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

NISSACTU

L'ACTU VUE DE NICE

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

NISSACTU

L'ACTU VUE DE NICE

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Les fleuristes niçois ont rouvert ce vendredi ! Ouf, il sera possible d’acheter son muguet pour le 1er mai

Les fleuristes niçois ont rouvert ce vendredi ! Ouf, il sera possible d’acheter son muguet pour le 1er mai

Les fleuristes niçois ont pu reprendre leur activité, sous conditions, ce vendredi 24 avril. Ils pourront vendre le muguet du 1er mai.

Bientôt le 1er mai et la tradition du muguet. Les fleuristes peuvent désormais vendre, depuis hier à Nice, mais sur commande uniquement. Le Préfet des Alpes-Maritimes l’a autorisé à la demande de Christian Estrosi le maire de la ville.

Des mesures sont néanmoins imposées aux commerces de fleurs : les clients ne peuvent que retirer des commandes, dans le respect strict des gestes barrières, ou se faire livrer.

Un partenariat a également été noué entre la Chambre syndicale des fleuristes et la ville de Nice pour équiper de masques, gants et gel hydroalcoolique tous les fleuristes qui effectueront des livraisons le 1er mai. Des dotations qui seront récupérées par les professionnels en faisant la demande via le drive-masques.

QUESTIONS A : Nicole Bravi, vice-Présidente de la Chambre syndicale des fleuristes.

Les fleuristes niçois, ils sont combien ?

« Nous sommes environ un cinquantaine de fleuristes à Nice. Avec des structures très inégales au niveau du personnel. La Chambre syndicale n’a pas le nombre d’emplois qui sont générés par notre profession. »

L’épidémie de COVID, le confinement, et l’arrêt de l’activité : c’est le bouquet !

« Le confinement, avec l’obligation de fermer nos magasins, a stoppé net toute activité ce qui ne nous a pas permis de nous retourner pour pouvoir écouler nos marchandises. »

Qu’en est-il de la fourniture de fleurs ? Ici, dans les Alpes-Maritimes, la filière horticole a dû également souffrir de la fermeture des magasins ?

« Oui, elle a souffert énormément de nos fermetures et de la fermeture du marché d’intérêt général de Nice (MIN). Le printemps est une période très importante pour les horticulteurs de la côte d’Azur avec l’arrivée des fleurs saisonnières telles que les pivoines, les roses, les gerberas et bien sûr… le muguet. Il était vital pour cette filière de rouvrir le MIN le 14 avril dernier. Toute la filière retravaille depuis en synergie. Les producteurs, les grossistes et enfin les fleuristes. »

Combien de fleuristes sont dans le rouge aujourd’hui ?

« Je pense que la très grande majorité des fleuristes souffre énormément, beaucoup sont en « nom propre » et ne reçoivent que l’aide de l’Etat (1500 €). Pour les fleuristes en société, le chômage partiel déployé par le gouvernement va en sauver plus d’un ».

Le premier mai est une date importante pour les fleuristes ?

« De plus en plus, cette date nous échappe. Nous subissons la concurrence des supermarchés, des pépinières et de la vente à la sauvette (la vente de muguet est tolérée d’habitude le 1er mai, interdite cette année, NDLR) ».

C’est une bonne nouvelle cette réouverture, même partielle (en livraison ou sur commande) ?

« Nous n’échapperons pas une fois de plus à la concurrence des supermarchés mais il était très important, symboliquement, de rebondir et de se remobiliser. L’initiative de la ville de Nice est un encouragement énorme. Nous avons maintenant un cap, un horizon : réussir au mieux cette fête. Le symbole est important, le muguet portant bonheur… On espère que l’adage se vérifiera. »

Que doivent faire, aujourd’hui, les fleuristes niçois ? Désormais, ce sont de nouvelles habitudes qu’il faut prendre ?

« Notre fédération nous a envoyé un guide avec les gestes barrières à appliquer et les méthodes de prise de commande, de règlement et de mise en place de drives. Dans un magasin de fleurs (hormis peut être pendant les fêtes), il n’y a jamais 50 personnes en même temps ! Les bons gestes sont pérennes, il faudra à l’avenir conserver certains automatismes quand on reçoit du public en boutique (les masques, gants et gel hydroalcoolique)».

Crédit photo de une par Peggy Choucair de Pixabay

.

Nice Story

Music'Actu

Lifestyle

Let's Go !

Kid's Friendly

LE FIL D'ACTU

retourner sur les dernières actus vue de NIce

RUBRIQUES

Kid's Friendly

Let's Go !

Music'Actu

Vidéos

Lifestyle

Nice Story

VOUS CHERCHEZ DES ACTUS SUR UN SUJET PARTICULIER ? UTILISEZ LA BARRE DE RECHERCHE

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

NEWSLETTER

Ne ratez plus vos actus inscrivez vous !

DES ACTUS SUR UN SUJET PARTICULIER ?

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

NEWSLETTER

Ne ratez plus vos actus inscrivez vous !